Demi-finales canadiennes

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #15997
    Sylven
    Participant

    À la coupe Uteck, c’était beau de voir les Huskies faire ce que le Rouge & Or n’a pas été capable de faire cette année contre Montréal : les limiter à des placements et eux, capitaliser sur leurs chances dans la zone payante en marquant des touchés. Dont le dernier où ils ont traversé le terrain pour marquer le touché gagnant à 5 secondes de la fin ! La foule du CEPSUM est soudainement tombée raide morte.

    Toute l’année, le Rouge & Or a manqué de finition en attaque et bien c’était au tour des Carabins de ne pas être capable de marquer de touché avec plus de 400 verges d’attaque, tout en ratant 3 placements. Encore quelques mauvaises punitions qui leur ont fait mal aussi. Karma qu’ils disent…

    A la Coupe Mitchell, une autre demi-finale inutile impliquant le champion des Maritimes qui se fait défoncer. L’expression piler dans la face s’applique totalement à ce que Western a fait subir comme supplice à St. FX. On aurait dit une équipe universitaire contre une équipe collégiale. Ça fait des années que je milite pour un élargissement des séries nationales à 8 équipes pour éviter un tel spectacle disgracieux en demi-finale mais U Sports continue de faire le sourde oreille et de garder le statu quo. Gênant.

    #16051
    Sylven
    Participant

    Cherchez l’erreur entre ces trois affirmations :

    1- Chérif Nicolas, entraineur-chef des Gaiters de Bishop’s : « Aucun programme n’a voté en faveur de modifier le modèle des éliminatoires. Ça ne changera pas et c’est parfait d’assurer une représentation régionale au plus haut niveau. Ceux qui veulent qu’on copie le modèle américain avec un comité vont voir que ce n’est pas mieux. À une époque, St. Mary’s était le meilleur programme au Canada. À la fin, les jeunes ont le gros bout du bâton et c’est à eux de choisir. Je leur dis : viens nous aider à gagner et à faire notre place au niveau national. »

    2- Extrait d’un article de (Journal de Québec) : « Quelque 5600 spectateurs (la plus petite foule depuis 1965) avaient acheté un billet pour la rencontre ultime. »

    Tweet de Phil Malo (auteur du blogue Bulletin sportif) : « 151 000 téléspectateurs sur CBC pour la coupe Vanier. En comparaison, c’était plus de 600 000 en 2011. Il y a un sérieux travail d’organisation et de promotion à faire. »

    Pourquoi pensez-vous que les « ratings » et les assistances de la Coupe Vanier baissent d’année en année ? Pour l’assistance, il faisait froid, aucune équipe du Québec n’était présente et la pandémie, qui a le dos large pour expliquer tous les maux de la société alors que ce sont bien plus souvent les restrictions sanitaires gouvernementales qui causent les problèmes, a sûrement joué un rôle. Mais que dire des « ratings » de la télé ? Il fait chaud dans les salons et CBC est une antenne nationale accessible à tous les Canadiens qui ont une télé.

    Désolé mais une des raisons, et j’oserais même dire l’une des principales raisons, est le manque de compétitivité du champion des Maritimes qui s’écrase maintenant à chaque demi-finale canadienne depuis 2007, date de leur dernière victoire. Ça fait maintenant 14 ans de suite qu’ils se font rosser sur le terrain et ridiculiser à la télé nationale par le fait même. Et qu’est-ce que ça donne comme résultat ? Ça tue le « hype » qui mène à la Coupe Vanier.

    Un fan de football ordinaire, pas un trippeux de football universitaire comme nous, écoute la demi-finale qui n’implique pas le champion des Maritimes et se dit « c’est un produit intéressant, je vais écouter le prochain match ». Mais celui qui écoute la demi-finale qui implique le champion des Maritimes se dit « quel produit de merde, pas de danger que j’écoute le prochain match ».

    Qu’est-ce qu’on en a à foutre de la représentation régionale ? On veut les 4 meilleures équipes au Canada en demi-finale canadienne, peu importe d’où elles viennent, pour avoir le meilleur spectacle possible en vue de mettre la table pour la Couper Vanier. Et absolument personne ne parle de copier le modèle américain avec un comité, je ne sais pas où Chérif Nicolas prend ça.

    Tout ce qu’on veut est élargir les séries nationales à 8 équipes : moi, je mettrais le champion et le vice-champion du Québec et de l’Ouest, le champion, le vice-champion et le gagnant d’une finale consolation en Ontario (vu que leur conférence a plus d’équipes) et le champion des Maritimes (vu que leur conférence n’est jamais de taille) pour faire des quarts-de-finale. Après, que les meilleures équipes gagnent ! Ça se joue sur le terrain pour savoir qui passe en demi-finale. Mais à la limite, s’il faut mettre le champion et le vice-champion de toutes les conférences pour que ça passe au conseil, je serais prêt à l’accepter. Ça fera deux matchs à sens unique au lieu d’un seul mais le résultats sera le même…

    Je comprends que Chérif Nicolas essaie de vendre sa salade pour attirer des jeunes dans son programme en leur disant à mots couverts « venez à Bishop’s car c’est bien plus facile de se rendre loin en séries vu que la conférence des Maritimes est tellement plus faible » (belle mentalité de loser tant qu’à moi), mais il faut arrêter de penser juste à son petit nombril et penser au bien du sport en général. Et la présence assurée du champion des Maritimes en demi-finale canadienne, peu importe qu’il n’ait pas battu un seul opposant de calibre national de toute la saison, est foncièrement mauvaise pour le football universitaire canadien.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.